Financer une entreprise sans apport

129

Lors du démarrage d’une entreprise, l’entrepreneur manque souvent de fonds pour démarrer correctement son entreprise. Il dispose alors de divers moyens pour financer son entreprise. Si le crédit professionnel semble être la solution la plus classique, ce n’est pas la seule à envisager.

L’ octroi de fonds pendant la création mais aussi pendant le développement de l’activité n’est pas une rivière longue et tranquille. En plus de présenter un plan d’affaires solide et cohérent, l’entrepreneur doit également être en mesure de garantir son prêt. Financer votre entreprise exige rigueur et anticipation.

A découvrir également : La différence entre SIRET et SIREN

Cette section décrypte pour vous les différentes façons de financer votre entreprise et vous fournit de bons conseils sur la façon d’obtenir du financement au début d’une activité.

Les différentes formes de financement des entreprises

Il existe plusieurs formes de financement des entreprises. Le crédit professionnel, largement répandu, n’est pas la seule solution. En plus du capital des investisseurs pour des projets plus ambitieux, il est également possible de financer votre entreprise par le biais d’acteurs non bancaires.

A lire aussi : Les différentes structures juridiques pour une entreprise

Financer votre entreprise par un prêt professionnel

Les banques accordent quotidiennement des prêts professionnels aux entrepreneurs novices dont les fonds propres sont insuffisants. D’autres organismes peuvent également fournir du financement.

Le prêt bancaire classique

Le prêt bancaire professionnel, qui ne dure souvent que quelques années s’il ne concerne pas l’immobilier, vise à soutenir le démarrage de l’entreprise.

Généralement, les prêts au démarrage d’entreprises financent l’acquisition de biens durables : machines-outils, véhicules… Ce sont des actifs qui sont destinés à durer de nombreuses années et qui sont nécessaires à l’activité de l’entreprise.

Plus rarement, les prêts professionnels financent l’achat de biens immobiliers. Ils peuvent également financer l’activité elle-même : c’est ce qu’on appelle l’exigence de fonds de roulement.

En général, les institutions bancaires demandent à l’entrepreneur un montant minimum de contribution personnelle. Ils sont naturellement plus dur avec des entrepreneurs sans expérience, ou dont le projet présente un risque supérieur à la moyenne.

Toutes ces considérations rendent difficile l’octroi d’un prêt bancaire professionnel à certains entrepreneurs. C’est pourquoi certaines organisations et associations ont développé des offres de prêt avantageuses.

Prêts offerts par certaines organisations et associations

Sur la base de la conclusion selon laquelle certains entrepreneurs ont été privés de financement bancaire, des organisations et des associations ont créé des offres de prêt attrayantes.

Souvent, ceux-ci ne remplacent pas un prêt bancaire conventionnel, mais contribuent à l’octroi de ce dernier. L’entrepreneur peut en effet augmenter sa contribution personnelle grâce à ce microcrédit.

Il y a plusieurs crédits de ce type. Voici quelques-unes :

    • microcrédit d’Adie. Il s’agit d’un prêt pouvant aller jusqu’à 10 000 euros, offert aux travailleurs indépendants qui éprouvent des difficultés à obtenir un crédit. Ce prêt, de courte durée (jusqu’à trois ans), peut être combiné avec un prêt d’honneur.
    • Le prêt d’honneur du Réseau Entrepreneur. Cette association nationale d’entrepreneurs offre aux entrepreneurs débutants un prêt allant jusqu’à 50 000€. Concédée sur cinq ans, c’est le créateur d’entreprise et non l’entreprise. Cela signifie qu’il renforce les contributions personnelles de l’entrepreneur, dans le but de négocier un prêt bancaire conventionnel.
    • Le prêt d’honneur des plateformes d’initiative locale, sans intérêt ni garantie. Le principe est le même que le prêt d’honneur Entrepreneur Network. Il ne remplace pas un prêt bancaire, mais le rend plus facile à obtenir.

Le

Financement par les investisseurs en capital

Il est possible de financer son entreprise par une augmentation de capital, au cours de laquelle de nouveaux investisseurs entrent. Ceux-ci apportent des apports en capital, ce qui augmente la capacité financière de l’entreprise.

Il existe différents types d’investisseurs en capital, parmi lesquels sont les business angels et le capital-investissement entreprises.

Le financement de capital est courant pour les projets de grande envergure, pendant le développement de l’entreprise après quelques mois de forte croissance. Nous parlons de collecte de fonds, très technique utilisée par les start-ups.

Le recours aux investisseurs en capital a pour effet de diluer les pouvoirs des actionnaires existants.

Financement octroyé par des acteurs non bancaires

Il existe également des formes de crédit professionnel octroyées par des acteurs non bancaires. Ils constituent une alternative au financement bancaire traditionnel.

Financement affacturage

L’ affacturage permet à l’entreprise de confier la gestion de son compte client à une société d’affacturage, également connue sous le nom de facteur. Le facteur lui paie alors le montant des factures à recouvrer, moins une commission.

La société reçoit une avance de trésorerie correspondant à une partie ou au montant total de ses factures. Il peut sélectionner les factures qu’il envoie au facteur.

Les avantages de l’affacturage sont doubles pour l’entreprise : récupère rapidement ses créances, sans même avoir à gérer les procédures de contrôle et de recouvrement. Cela lui permet de gagner du temps lui permet de se concentrer sur son développement.

Plus que les avances en espèces, l’affacturage joue le rôle de l’assurance-crédit. La société est en fait protégée contre tout risque d’impayé, car c’est le facteur qui supporte le risque.

Financement par leasing ou crédit-bail

Le leasing, en leasing français, permet aux entreprises d’acheter des équipements qu’elles ne peuvent pas ou ne veulent pas acquérir dans un avenir immédiat. Il traite généralement des marchandises relativement chères pour l’entreprise : équipement, équipement, outils, immobilier à usage professionnel…

Il s’agit d’un système de location – vente, dans le cadre duquel la société loue des biens en vertu d’un contrat à durée déterminée. La société dispose d’une option d’achat à l’échéance.

Le crédit-bail est une opération Tripart :

  • Le fournisseur (le locataire de la propriété).
  • Le locataire (l’entreprise qui utilise le bien).
  • Le bailleur (l’institution financière).

L’ entreprise qui utilise le bien verse une somme forfaitaire annuelle au bailleur pour l’utiliser : elle ne le possède pas.

À la fin du contrat, la société utilisatrice peut enregistrer son renouvellement, retourner la propriété ou acheter l’équipement via une option d’achat. Le crédit-bail lui permet ainsi de disposer rapidement des équipements nécessaires à son développement, sans avoir à emprunter ni à recourir à des fonds propres.

Financement par crowdfunding

Il est également appelé crowdfunding.

Le crowdfunding, apparu en France il y a quelques années, est de plus en plus couronné de succès. Il est basé sur le principe de la désintermédiation. Les particuliers, les particuliers et les entrepreneurs décident de se passer des acteurs traditionnels — en particulier les banques — de participer eux-mêmes aux opérations de financement.

Sur les plateformes de crowdfunding, les internautes ont la possibilité de payer de l’argent pour des projets qui les intéressent. Ils permettent l’artiste ou entrepreneur pour mener à bien son projet sans passer par le financement bancaire classique.

Le crowdfunding est basé sur l’entraide et la confiance. La recherche de profits est mise de côté : les internautes participent principalement à des projets qui leur sont importants.

Financement par crowdfunding

Le crowdlending permet désormais aux entrepreneurs d’emprunter pour réaliser leurs projets, sans passer par une banque.

Cette nouvelle méthode de financement est plus proche du crowdfunding, car c’est aussi une méthode de crowdfunding. Le financement s’effectue via une plateforme de prêt participative.

Cependant, le crowdfunding et le crowdfunding ne doivent pas être confondus. La principale différence est la contrepartie du financement. Ainsi, la contrepartie du crowdfunding consiste en l’attribution d’actions dans le capital. Au contraire, le crowdlending est un prêt payé : la personne qui finance ne reçoit pas d’actions mais d’intérêts de prêt.

C’ est une méthode de financement adaptée aux PME, elle permet vous d’obtenir un crédit professionnel sans solliciter un prêt bancaire. Simple et rapide, il est destiné à s’appliquer à tous les secteurs d’activité. En outre, aucune garantie ne doit être fournie.

Financement de votre entreprise : comment mettre toutes les chances de son côté ?

Dans de nombreux cas, les finances personnelles du créateur ou de l’acheteur de l’entreprise ne sont pas suffisantes pour couvrir les besoins de financement. Le financement externe d’appel par le biais d’un prêt professionnel peut s’avérer être une bonne solution.

Cependant, obtenir un prêt professionnel n’est pas une longue rivière tranquille. Les banquiers sont particulièrement exigeants dans le tri des demandes de prêts professionnels et excluent les projets qu’ils considèrent comme faibles ou trop incertains.

Il est alors important de préparer en profondeur sa demande de financement professionnel externe, tant pour le choix de la banque que pour la préparation d’un dossier et sa présentation à l’institution bancaire.

Demande de financement professionnel : Qui contacter ?

Un des premières questions à vous poser est le choix de la banque à demander.

Souvent, les entrepreneurs ont le réflexe de se tourner vers leur banque personnelle. À juste titre : si le chef d’entreprise a été un client là-bas depuis des années, sera moins suspect. Il aura à sa disposition beaucoup d’informations sur ses revenus, sa carrière et sa capacité à gérer ses finances.

Cependant, il ne faut pas se limiter à cela, et n’hésitez pas à aller à la compétition. Il est tout à fait possible d’obtenir un prêt dans une autre banque si le projet est solide et cohérent.

Le recours à un courtier professionnel peut être pertinent dans ces circonstances. Après une étude du projet de son client, le courtier négociera avec les institutions bancaires et transmettra des offres intéressantes au chef d’entreprise.

Nous ne devons pas non plus oublier les nouveaux acteurs bancaires, qui se sont installés en ligne : la banque en ligne ou les plateformes de crowdfunding. Ces solutions sont d’excellentes alternatives au crédit bancaire traditionnel.

Préparer un fichier solide

La demande de prêt occasionnellement d’une création d’entreprise doit être bien préparée et anticipée.

Le dossier de demande de prêt, censé refléter objectivement mais avantageusement le projet, est la première impression laissée à la banque. Sa constitution et sa présentation doivent être particulièrement prudentes.

Pour mettre toutes les chances de son côté, il est essentiel de présenter à la banque un projet bien préparé, cohérent et vendeur… En d’autres termes, il est nécessaire de construire un fichier concret ! Cela prouve le sérieux de l’entrepreneur.

Le projet de création d’une entreprise doit être évalué, argumenté. Les points forts du projet doivent être mis en évidence.

Inversement, un projet mal présenté, malveillant et mal soigné ne rassurera pas les institutions financières. Il est important de prendre le temps d’affiner votre fichier, sans faire de grillades.

La question du montant du prêt demandé, souvent minimisé, doit aussi être bien anticipé et réfléchi. Des montants trop faibles affaibliraient le début de l’activité.

En ce qui concerne le contenu de ce dossier, il convient de garder à l’esprit que le plan d’entreprise est la pierre angulaire de la demande de financement. Il comprend des éléments sur le projet (équipe, histoire, valeurs, biens ou services envisagés…), les résultats de l’étude de marché, ainsi qu’un bilan prévisionnel avec indicateurs financiers.

Préparer une nomination pour une demande de financement

Une fois le dossier établi et sélectionné, l’entrepreneur doit se préparer à l’entrevue avec la banque. Cette entrevue doit également être préparée avec rigueur et sérieux.

A l’occasion de cette nomination, le banquier examinera l’intégralité du dossier. Il est alors nécessaire que l’entrepreneur connaisse par cœur son dossier autant que son projet, pour pouvoir répondre aux questions et aux objections du banquier.

Jouer la carte de la transparence est ici essentiel. Il est en vain de essayez de mentir ou de masquer certaines données.

Le banquier sait analyser soigneusement les dossiers de demande de prêt professionnel. Les zones d’ombre ne lui résisteront sûrement pas. Bien sûr, vous devez savoir comment mettre en avant son projet, mais il est dangereux d’embellir la situation trop.

En outre, il est nécessaire de faire attention à ne pas tourner. Au cours de l’entrevue, le banquier émettra son avis. Cette information peut être précieuse : tout conseil est en effet bon à prendre. Il faut prendre soin d’être ouvert, prêt à discuter du projet.

Comment garantir son financement ?

L’ octroi d’un prêt professionnel exige la preuve de sa capacité à payer des paiements mensuels.

Toutefois, cela ne suffit pas : les établissements de crédit ont besoin de garanties solides pour se prémunir contre le risque de non-paiement. Aucun projet n’a assuré la rentabilité : les garanties compensent cette incertitude.

Différentes garanties peuvent être présentées à la banque : garanties personnelles, garanties réelles ou prêt garanties.

Garantie personnelle d’un prêt professionnel

Un dépôt personnel est une garantie de paiement pour une personne. Elle s’oppose à la garantie réelle, qui se rapporte à un bien.

Dans le cadre d’un contrat de cautionnement, la caution s’engage à garantir le prêt sur ses biens personnels et à le rembourser en cas de défaillance de la société. Toutefois, son engagement est limité en durée et en montant.

La souscription d’un prêt professionnel exige souvent que le directeur d’entreprise soit cautionnement pour son entreprise. Se porter sous caution est un acte sérieux. Avant de conclure un contrat d’obligation, il est absolument nécessaire d’évaluer pleinement ses conséquences.

Le dépôt peut être simple, ou solidaire.

Une garantie conjointe et solidaire signifie que la banque a le droit de s’adresser à la caution dès le premier incident de paiement, sans importance que la société soit solvable ou non. En outre, si plusieurs obligations conjointes garantissent le prêt, la banque peut demander à l’un d’eux pour l’ensemble de la dette, sans avoir à diviser ses remèdes.

La garantie réelle d’un prêt professionnel

Une sûreté réelle s’entend d’une garantie relative à des biens corporels ou incorporels. Ainsi, la garantie peut couvrir des biens immobiliers, des entreprises, des équipements ou des participations.

La banque peut utiliser différentes techniques, qui sont appelées garanties :

  • L’ hypothèque.
  • L’ engagement.
  • L’ engagement.

Une hypothèque désigne un droit accordé à un créancier sur un immeuble en garantie d’une dette. Cette garantie n’est que « virtuelle » parce que le propriétaire n’est pas dépossédé du bien sécurisé. Il reste dans les locaux.

En cas de défaillance du débiteur, la banque peut demander la saisie des biens hypothéqués, qui seront ensuite mis aux enchères par le tribunal compétent.

Une hypothèse relativement courante est l’hypothèque de la résidence principale par un gestionnaire d’entreprise ou un associé pour garantir un prêt professionnel. Il est en effet un moyen efficace d’obtenir un prêt, mais nécessairement risqué pour les biens personnels et familiaux.

Le nantissement est une garantie de même nature que l’hypothèque, sauf qu’il concerne des biens meubles. Elle peut être conclue avec ou sans dépossession.

Enfin, l’engagement est très proche de l’engagement. La seule différence est qu’elle se rapporte nécessairement à des biens meubles incorporels, tels que des actions de sociétés ou un fonds d’entreprise.

Financer votre entreprise grâce à la garantie de prêt

Il est également possible de recourir à un organisme de garantie pour garantir son prêt professionnel. Cet organisme s’engage à payer une partie de la créance de l’emprunteur — généralement jusqu’à 70 % — en cas de défaillance de l’emprunteur.

Ce type de garantie présente des avantages tant pour l’emprunteur que pour la banque. D’une part, la banque assure l’opération, ce qui facilite l’octroi du prêt. D’autre part, l’emprunteur n’a pas — ou pratiquement pas — à fournir des garanties ou garanties réelles sur ses biens personnels.

Il existe plusieurs organismes de garantie de prêts et régimes.

Garantie de création BPI France

La Banque publique d’investissement a créé un fonds de garantie pour garantir jusqu’à 60 % des prêts professionnels de certains entrepreneurs. C’est ce qu’on appelle la garantie de création.

La création de garantie est destinée uniquement à certains entrepreneurs et ne concerne que certains projets.

Il s’adresse principalement aux PME créées depuis au moins 3 ans. Les PME au sens du droit communautaire sont concernées : moins de 250 salariés et un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros, ou un total du bilan n’excédant pas 43 millions d’euros.

La création de la garantie vise également les cadres ayant un endettement personnel à apporter des fonds à une PME nouvellement créée.

En outre, les projets susceptibles d’être couverts par la garantie sont les suivants :

  • Création d’activités par des entrepreneurs qui font pas déjà contrôler les entreprises existantes. BPI France appelle ces créations « ex nihilo ».
  • Les premières installations par prise en charge de fonds commerciaux.
  • Le développement de nouvelles activités ou de nouveaux produits par des entreprises ou entrepreneurs existants.

Lorsqu’ elle est accordée, la garantie de création couvre 50 à 60 % du montant du prêt bancaire :

  • 50% en cas de création ex nihilo, ou intervention conjointe de BPI France et de la région.
  • 60 % dans les autres cas.

France Garanties actives

France Active, réseau associatif dédié aux entrepreneurs, gère également deux fonds de garantie : la Garantie France Active et la Garantie Egalité Femmes.

La Garantie France Active est une garantie de prêt pour la création d’une entreprise. Elle s’adresse aux chômeurs et/ou en situation d’insécurité économique. France Active vise ici à renforcer l’initiative entrepreneuriale en facilitant l’utilisation des prêts bancaires, quels que soient les situation financière des entrepreneurs.

La garantie active France s’élève à 65 % du montant emprunté, jusqu’à 50 000€ (jusqu’à 100 000€ pour certains projets de prise en charge). Elle vise à garantir des prêts pour la création d’entreprises d’une durée supérieure à deux ans. Le coût de l’appareil s’élève à 2% du montant emprunté.

Le réseau France Active offre également la garantie pour l’égalité des femmes (ex FGIF). Cette garantie est destinée cette fois aux femmes qui réalisent un projet de prise en charge, de création ou de développement d’une entreprise. Il couvre jusqu’à 80 000€ du montant du prêt bancaire.

Sociétés mutuelles de cautionnement (SCM)

Les sociétés de cautionnement mutuel sont des établissements de crédit incorporés dans des sociétés coopératives. Ils garantissent les prêts professionnels des entrepreneurs en cas de paiement impayé.

Pour bénéficier de cette garantie, il convient de s’adresser directement aux banques commerciales qui accordent des prêts professionnels. Il est également possible pour s’informer auprès de l’Association Française des Sociétés Financières (ASF).

Le recours à cette garantie implique de devenir membre d’un SMC, en souscrivant à son capital, en versant une contribution au fonds de garantie — parfois remboursable — et en payant une commission de risque.

Il y a donc plusieurs façons de garantir le financement de votre entreprise.

Cette liste de corps et d’appareils n’est pas limitée, mais ce ne sont que des exemples. Par exemple, les fonds de garantie régionaux ou ministériels peuvent être utilisés, créés et gérés par les collectivités locales.