Consommer écoresponsable : faites des économies

288

De leur fabrication à leur fin de vie, les produits que l’on consomme quotidiennement ont tous des impacts sur notre planète : sur la biodiversité, sur l’eau, sur les sols, sur l’air, sur le changement climatique… Afin de les réduire au strict minimum, chacun doit apporter sa pierre à l’édifice au travers de l’écoresponsabilité. Les industriels, les fabricants, les distributeurs, les pouvoirs publics, les agriculteurs…, tout le monde est concerné et les consommateurs ne sont pas en reste.

Consommer de manière écoresponsable s’inscrit dans une démarche de développement durable tout en étant bénéfique, autant pour notre économie (l’économie locale notamment) que pour notre planète, la santé et la société. C’est également l’occasion pour chacun de faire des économies non négligeables. Découvrons au cours de cet article quelques gestes simples pour intégrer dans son quotidien l’écoresponsabilité.

A découvrir également : Quelle est la meilleure bière française ?

Roulez de façon responsable en privilégiant le bioéthanol E85

Le trafic automobile est indubitablement l’un des plus grands fléaux pour l’environnement. Il représente une part considérable des émissions nationales de gaz à effet de serre. C’est pourquoi, lorsque l’on est amené à conduire le plus souvent son véhicule, il vaut mieux penser écologique en se tournant vers le bioéthanol E85.

Les avantages du bioéthanol E85

Alternative sérieuse et réelle aux énergies fossiles non renouvelables, ce biocarburant a l’avantage d’être respectueux de l’environnement. Il est fabriqué en France à partir de la biomasse, une matière organique d’origine végétale obtenue suite à la fermentation du sucre que l’on trouve dans les betteraves sucrières. Le bioéthanol E85 contient jusqu’à 85 % de biocarburants auquel est adjoint de l’essence Super Sans Plomb. Il est actuellement dans les stations-service en France et est bien entendu adapté pour les moteurs à essence.

A découvrir également : Quelle cigarette électronique choisir pour gros fumeur ?

Si le bioéthanol est respectueux de notre planète, c’est parce que sa fabrication ne requiert ni forage ni extraction de ressources fossiles. De plus, il est à base de végétaux. Il a en plus un bon bilan carbone dans le sens où le CO2 absorbé par les cultures de betteraves compense une partie de celui émis par le moteur. Certaines études ont estimé que les véhicules qui utilisent ce biocarburant réduisent jusqu’à 70 % leurs émissions de CO2 et à 90 % leurs rejets de particules fines, et ces données représentent des avantages non négligeables.

Au-delà de sa qualité écologique, le faible coût du bioéthanol E85 est un argument solide qui joue en sa faveur, étant donné l’augmentation constante du prix de l’essence. Ce biocarburant est commercialisé jusqu’à trois fois moins cher à la pompe, en fonction des régions. Grâce à lui, chacun peut réduire significativement ses factures d’essence qui, comme on le sait parfaitement, pèsent lourd sur le budget auto des Français.

convertir sa voiture au bioéthanol e85

Comment passer au bioéthanol E85 ?

Dans le cas où votre véhicule n’est pas équipé d’un boîtier E85 homologué, alors vous devez vous rendre auprès d’un garagiste habilité près de chez vous. Ce professionnel se charge ensuite d’installer ce système de conversion dans les règles de l’art. Ce dispositif est placé au niveau du moteur et est raccordé au système d’injection d’origine de votre voiture.

Une fois en place, le boîtier rend votre automobile Flexfuel puisqu’il peut s’adapter automatiquement au mélange se trouvant dans le réservoir. Vous pourrez alors rouler aussi bien à l’éthanol E85 qu’avec de l’essence classique, et ce, dans n’importe quelle proportion. Le système de conversion se charge par ailleurs de gérer et de réguler la concentration de carburant et d’air qui sera injectée dans le moteur. Il ne risque pas de fragiliser votre moteur dans la mesure où il est homologué. Un boîtier homologué se révèle fiable (puisqu’il respecte des normes strictes) et peut doser de façon précise le mélange qui alimente le moteur.

Selon le modèle de votre véhicule ainsi que votre style de conduite, l’installation d’un dispositif de conversion est rentabilisée au bout de 10 000 à 20 000 km. Durant tous ces trajets, vous faites le plus grand bien à notre planète.

Réduisez les déchets et les trajets inutiles en disant oui aux produits alimentaires en vrac

En privilégiant les produits en vrac pour l’alimentation, vous faites bien entendu un geste écologique pour protéger notre environnement. La raison est qu’ils ne sont pas conditionnés pour les longs transports. En d’autres termes, ce sont des produits de proximité, donc locaux. Ils vous permettent ainsi de réduire vos déchets ménagers et donc, votre empreinte écologique. Par la même occasion, vous contribuez à la suppression des microplastiques et autres particules nocives dans les aliments.

Si auparavant, le vrac se dédiait aux fruits, légumes et épices, il concerne actuellement une large variété de produits alimentaires. Riz, biscuits, chocolat, boissons chaudes, céréales, pâtes… La liste est longue ! Le plus intéressant est que les produits en vrac sont généralement 15 % moins chers que leur équivalent avec emballage. Le vrac est alors pour vous l’occasion de faire de grosses économies sur votre budget alimentaire.

consommer responsable marchés locaux

Puisque la majorité des produits en vrac sont des produits locaux certifiés bio, ils s’avèrent respectueux de votre santé et de votre bien-être. Vous soutenez en même temps l’économie locale sans pour autant dépenser une somme conséquente. L’autre avantage du vrac tient aussi au fait qu’il constitue un puissant levier permettant de minimiser le gaspillage alimentaire. En clair, vous pouvez toujours acheter vos produits alimentaires en bonne quantité, qu’ils soient vendus au détail ou au poids, et éviter la surconsommation.

Le vrac est le meilleur moyen d’essayer un aliment en particulier. Dégustez-le et si jamais il ne vous plait pas, faites l’impasse dessus. Pour autant, vous n’en disposez plus dans vos placards. À la clé, vous consommez selon le principe du zéro déchet et vous vous affranchissez de l’achat compulsif.

Consommez de saison pour réduire l’empreinte carbone due au transport des importations

Consommer de saison, c’est préserver l’environnement et privilégier des produits respectueux de votre santé. Et pour cause, la production hors saison des fruits et légumes nécessite l’utilisation de serres dont la consommation en eau et en chauffage est conséquente. Elle requiert de surcroît l’utilisation d’engrais chimiques qui se révèlent dangereux à plusieurs niveaux.

La plupart des aliments hors saison commercialisés dans l’Hexagone sont des produits importés. Or, il est de notoriété que les importations représentent une part considérable des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Plus le trajet est long, plus notre planète en subit les conséquences.

Durant le transport (par camion, par avion ou par bateau), les aliments font l’objet de traitements de conservation. Le but est de préserver leur goût et valeur nutritive tout en empêchant la prolifération de microorganismes, champignons et bactéries. Pourtant, les produits utilisés pour conserver les aliments sont dangereux pour la santé. Les produits importés sont en plus suremballés pour être protégés de tout aléa.

Pour éviter tout cela, il vaut mieux jouer la carte de la consommation de saison. Cette dernière est la promesse d’aliments sains, frais et qui ont conservé naturellement leurs propriétés nutritives et gustatives. Pour les trouver, vous n’avez qu’à vous orienter vers le marché, les épiceries et les paysans locaux. Dans la majorité des cas, les aliments de saison sont vendus en vrac. Ils s’inscrivent alors dans la logique d’écoresponsabilité, de zéro déchet tout en étant abordables.

En achetant ces produits, vous encouragez les circuits courts tout en soutenant le maintien et la création d’exploitations locales. Vous aurez en plus le cœur net en ce qui concerne la provenance et la saisonnalité des aliments que vous achetez.

consommation responsable économie circulaire

Consommez écoresponsable en activant le levier de la déconsommation

La déconsommation consiste à restreindre à son strict nécessaire le consumérisme. Ce concept s’inscrit ainsi dans une démarche de lutte contre la pollution, le dérèglement climatique ainsi que la préservation des ressources telles que les énergies non renouvelables et l’eau. Il s’insère dans un souci de développement durable et encourage les modes alternatifs de consommation responsable. Puisque vous êtes amené à éliminer les consommations superflues et à consommer malin, la déconsommation vous permet également de faire d’importantes économies et de moins gâcher. En bref, elle associe l’économie à l’écoresponsabilité.

Si vous souhaitez adopter la déconsommation, il est question de consommer moins, mais mieux. Par exemple, plutôt que d’acheter régulièrement des vêtements low cost issus de la fast fashion qui sont moins qualitatifs et qui peuvent s’user très rapidement, achetez-en un ou deux de meilleure qualité. Ceux-ci sont relativement onéreux certes, mais dureront plus longtemps et vous reviendront bien sûr moins cher à long terme. Vous pouvez miser sur ce mode de consommation avec n’importe quel type de produits. Pensez également à abandonner les sources d’énergies fossiles au profit de l’énergie renouvelable pour minimiser les émissions de gaz à effet de serre.

La consommation collaborative est aussi l’un des différents modes de consommation découlant du concept de déconsommation. Apparue avec la crise économique de 2008, elle est désormais massivement adoptée par les Français, et c’est tant mieux. Ce mode de consommation privilégie l’échange ou le partage entre particuliers et constitue dans ce cas une opportunité pour faire des économies substantielles tout en préservant notre planète.

Parmi les différentes pratiques de consommation collaborative les plus plébiscitées figurent le covoiturage, la location entre particuliers, le troc de biens et services, le glanage, l’achat groupé, le prêt de matériel… Certaines d’entre elles soutiennent de surcroît l’économie circulaire.