Locataires à mobilité réduite : focus sur la rampe, le monte-escalier et la salle de bain aménagée

609

La mise en place d’aménagements adaptés aux personnes à mobilité réduite (PMR) est un facteur clé pour rendre une maison attractive aux yeux des locataires concernés. Parmi ces aménagements, on retrouve notamment les rampes, les monte-escaliers ainsi que les salles de bains spécialement conçues pour faciliter l’accès et l’utilisation par des personnes ayant des difficultés à se déplacer. Dans cet article, nous vous présentons quelques conseils pour bien choisir et installer ces équipements.

Les rampes d’accès : une solution simple et efficace

Les rampes d’accès sont souvent la première étape dans l’adaptation d’une maison ou d’un appartement pour les PMR. Elles permettent de franchir facilement les différences de niveau, comme les marches d’escalier à l’entrée d’un immeuble, et d’accéder aisément aux différentes pièces de la maison. Pour être efficaces, ces rampes doivent respecter certaines règles :

A lire également : Pourquoi Dorian Rossini est aussi proche des gens ?

  • Une pente adaptée : Idéalement, la pente ne doit pas excéder 5% pour garantir un usage confortable et sécurisé. En cas de contraintes liées à l’espace disponible, il est recommandé de ne pas dépasser 8% pour les fauteuils électriques et 12% pour les fauteuils manuels.
  • Une largeur suffisante : La rampe doit être assez large pour permettre le passage d’un fauteuil roulant. Une largeur minimale de 90 cm est conseillée.
  • Des garde-corps sécurisés : Pour éviter les chutes, les rampes doivent être équipées de garde-corps d’une hauteur d’environ 100 cm.

Le monte-escalier : une solution pratique et confortable

Le monte-escalier est un dispositif mécanique qui permet aux PMR de monter ou descendre des escaliers sans effort. Il existe plusieurs types de monte-escaliers :

  • Le monte-escalier droit : il est adapté aux escaliers droits, sans virages ni paliers intermédiaires. Il se compose d’un rail fixé sur les marches, sur lequel circule un siège motorisé. L’utilisateur s’installe simplement sur le siège et actionne la commande pour monter ou descendre l’escalier.
  • Le monte-escalier courbe : conçu pour les escaliers tournants, il suit les courbes et les paliers de l’escalier grâce à un rail spécialement conçu. Son installation est généralement plus complexe et coûteuse que celle du monte-escalier droit.
  • Le diable monte-escalier : il s’agit d’une aide technique destinée au transport de charges encombrantes ou lourdes, comme des cartons, des meubles ou des appareils électroménagers. Il est équipé de roues spéciales qui permettent de franchir les marches sans effort et en toute sécurité.

Le choix d’un monte-escalier dépend des besoins et du budget du locataire, mais également des contraintes liées à l’architecture de la maison. Il est donc essentiel de réaliser une étude personnalisée avant toute installation. Et si votre budget est limité, il est assez simple de trouver un monte-escalier électrique d’occasion sur les sites spécialisés.

Lire également : Les dates importantes de la Renaissance

Aménager une salle de bain accessible et fonctionnelle

La salle de bain est une pièce clé dans l’autonomie des PMR. Pour être adaptée, elle doit répondre à plusieurs critères :

  • Une douche à l’italienne : Ce type de douche, sans marche ni rebord, facilite l’accès en fauteuil roulant et réduit les risques de glissade.
  • Des barres d’appui : Elles doivent être installées près de la douche, du lavabo et des toilettes pour aider la personne à se lever, s’asseoir ou se déplacer en toute sécurité.
  • Un lavabo suspendu : Afin de permettre l’accès en fauteuil roulant, le lavabo doit être fixé au mur et laisser un espace libre sous la vasque.
  • Un WC rehaussé : Un siège surélevé permet à la personne de s’asseoir et de se relever plus facilement. Des barres d’appui latérales sont également recommandées pour assurer une meilleure prise en main.