Découvrez le métier d’artisan graveur médailleur

72

Habile de ses mains, doté d’un sens aigu de l’esthétique, le médailleur a la charge de la création de médailles pour des institutions, des entreprises, comme la médaille de l’ordre national du mérite ou des particuliers. Son travail commence par de la recherche : quel sujet représenter, sous quelle forme, avec quel métal et quelle inscription ? Une fois la maquette réalisée, c’est le talent du graveur qui se révèle dans le façonnement et la finition du bijou. Ce métier passionnant requiert une patience et une minutie à toute épreuve, ainsi qu’un savoir-faire ancestral qui s’acquiert par l’apprentissage ou par la formation.

Le médailleur, un graveur spécialisé dans la conception de médailles

Il fait partie des professionnels de l’artisanat d’art : le médailleur est avant tout un graveur ou un sculpteur capable d’intervenir sur différents matériaux. Dans la conception de médailles, c’est surtout l’acier ou le laiton qui va être travaillé de façon à fournir une matrice pour la frappe des médailles. L’artisan peut aussi effectuer un modelage en 3D et le réduire à la machine.

A voir aussi : Statistiques sur Instagram : à quoi servent tous ces chiffres ?

Le graveur doit suivre différentes étapes. Il établit son croquis en se basant sur des recherches approfondies. Par exemple, si l’artisan a prévu de concevoir des médailles du travail grand or chez Drago Paris, il doit rassembler toutes les informations nécessaires sur ladite médaille (taille, dessin représenté, matériau utilisé pour la fonte, mentions complémentaires, position de la bélière, etc.). Ensuite, c’est sa créativité et son savoir-faire qui vont lui permettre d’imaginer une matrice de médaille unique.

Cette matrice sert à la frappe des médailles en argent, en bronze ou en or. La rondelle de métal chauffée, appelée le flan, est appuyée sur la matrice avec une force très importante pour que la gravure s’imprègne dans le métal. Une fois la médaille refroidie, le médailleur doit encore réaliser plusieurs opérations de détourage, de polissage, de patinage ou de vernissage afin de rendre la décoration apte à la vente.

A lire en complément : Quel est le rôle des assurances professionnelles dans la gestion des risques ?

Comment sont formés les médailleurs graveurs ?

La voie de l’apprentissage est idéale pour se former à ce métier très exigeant, qui nécessite un savoir-faire manuel ancestral transmis de génération en génération. Voici quelques cursus possibles pour devenir médailleur :

– passer un CAP métiers de la gravure avec une des trois options possibles (ornementation, modèle, marquage et poinçonnage) ;

– passer un CAP bronzier pour se spécialiser dans les médailles en bronze ;

– obtenir un DMA, diplôme des métiers d’arts, orfèvre avec l’option gravure-ciselure ;

– intégrer une FMA, formation des métiers de l’art, dans le domaine du métal.

Les qualités du médailleur pour devenir expert en son domaine

Comme tout métier d’artisanat d’art, celui de médailleur nécessite à la fois de l’imagination et de la technique. Un bon graveur maitrise l’intégralité des savoirs-faires utilisés pour concevoir et graver une médaille : dessin à la main sur papier, modelage sur plâtre, sculpture en bas-relief, travail avec des outils comme le burin, l’onglette, l’échoppe et le ciselet, travail de finition sur la médaille par polissage et vernissage, rectification des défauts à la main, etc.

Outre ces qualités techniques, le médailleur est également capable de créer des compositions équilibrées et réalistes, tout en étant conscient du résultat que cela produira sur le métal, forcément différent de celui d’un dessin sur papier. Il fait preuve de perfectionnisme et de minutie extrême, car le moindre défaut est révélé lors de la frappe. Patience et rigueur vont de pair tout au long du travail de gravure.

Sans être forcément un bon commerçant, le médailleur doit toutefois posséder des qualités relationnelles puisqu’il agit pour le compte d’une entreprise ou de clients particuliers. Pour mettre en avant ses créations et justifier ses tarifs, il lui faut montrer confiance et affabilité dans les contacts sociaux.

Source images : pexels.com