Tête qui tourne, cigarette électronique ?

86

J’ étais sur une très belle nuit de vape hier et j’ai testé dans 11 ou 16 liquides…

J’ ai apporté des flacons pour les tester, mais ceux de 11mg et puisque j’aime ces produits, j’ai beaucoup de compte-gouttes à vapeur. Je vous donnerai bientôt un aperçu complet de cette collection limitée.

A lire en complément : Qui est Bruno Pésery ?

Je suis habituellement en 6mg à la fin de la soirée et j’ai des nausées et des maux de tête. J’ai immédiatement arrêté de fumer et je me suis allé au lit mais j’ai vraiment eu du mal à m’endormir.

Ces symptômes sont caractéristiques d’un surdosage de nicotine, qui peut être trouvé sur les sites médicaux ou sur le Wiki :

A lire également : Comment utiliser une boussole ?

Surdosage et empoisonnement

Un surdosage de nicotine se manifeste par les symptômes suivants : nausées, palpitations, maux de tête (maux de tête), insomnie, diarrhée, lipothymie (malaise, vertiges, Gravité, vertiges, etc.), sécheresse de la bouche, hypersalivation, douleurs abdominales, diminution de l’acuité auditive, faiblesse générale, etc.

À fortes doses, l’hypotension, le pouls faible et irrégulier, la difficulté à respirer, la prostration, l’effondrement cardiovasculaire et des convulsions peuvent survenir. Les doses de nicotine, qui sont tolérées par les fumeurs, peuvent entraîner un empoisonnement aigu, qui peut être fatal chez les jeunes enfants. À fortes doses, il a un effet d’amortissement, provoquant des nausées et des vomissements, puis la mort due à une paralysie respiratoire (surdosage).

Cela prouve que le corps a progressivement déshérité cette substance, et vous pouvez surdosage à 12 mg pour une vapeur à 6 mg ou un surdosage à 6 mg pour une vapeur à 0.

Ce qui est étonnant, c’est qu’une vapeur de 6mg tout au long de la journée ne provoque aucun symptôme qui essaierait de prouver que le corps rejette rapidement la nicotine et qu’il s’habitue à un dosage donné.

J’ ai  juste essayer de mettre du 11 dans le Clearo Aerotank pour réduire le coup de la sécheresse, mais les effets de surdosage sont encore au rendez-vous, bien qu’il soit plus facile à vaper.

Il faudrait changer mes habitudes de vape en prenant une bouffée toutes les 5 minutes, au lieu d’être constamment à la vapeur, de sorte que le corps puisse absorber tranquillement les 11 mg, mais je préfère repasser 6 !

Puisque la nicotine n’est pas si inoffensif,  vous ne devriez pas prendre autre chose que le dosage auquel vous êtes habitués à un niveau car le corps nous rappellera immédiatement que ce n’était pas une bonne idée…

Comment choisir sa cigarette électronique et son eliquide ? 

Comme je viens de vous le dire, il est primordial de respecter le taux de nicotine dont votre corps a besoin. Si vous êtes habitué à un certain dosage, cela n’a aucun intérêt de choisir un flacon plus fortement dosé en nicotine. Il ne faut pas oublier qu’à la base, le but de la cigarette électronique, c’est justement le sevrage. Pour rappel, voici comment choisir son taux de nicotine :

  • 3 mg : C’est le plus faible dosage qui convient, si vous aviez l’habitude de fumer des lights ou moins de 5 cigarettes par jour.
  • 6 mg : C’est recommandé entre 5 et 10 cigarettes par jour.
  • 12 mg : Pour ceux qui fumaient entre un demi et un paquet par jour.
  • 18 mg : C’est le dernier dosage. S’il n’est pas suffisant, il faudra s’orienter vers des boosters de nicotine. 

En plus de la nicotine, prêtez attention au rapport PG/VG, à savoir le propylène glycol et la glycérine végétale. Pour information, le PG est responsable du hit et peut faire tousser, si le taux est trop fort. La VG adoucit la vape et permet la production de vapeur. L’idéal est de commencer avec du eliquide dosé en 50/50 pour voir comment vous réagissez. 

Voyons maintenant quelle cigarette electronique choisir pour que vos séances de vapotage soient agréables. Tout d’abord, il est important de sélectionner un modèle qui propose une inhalation indirecte, si vous débutez la vape. Cela vous permettra de garder la vapeur en bouche, avant de l’envoyer vers vos poumons. C’est exactement le même principe que lorsque vous prenez une cigarette classique. Par la suite, vous pourrez essayer l’inhalation directe, mais pas au début. 

Pour la puissance de votre e-cigarette, je vous conseille de choisir une résistance de 0,5 ohm. Vous devez savoir que la résistance fait partie des consommables, au même titre que le e-liquide. Vous serez donc amené à changer cette pièce toutes les 2 à 3 semaines, suivant votre consommation. Attention, la résistance est adaptée au modèle de votre cigarette. Respectez donc les recommandations du fabricant.

En ce qui concerne le format, je vous suggère de commencer par un format tube. C’est le plus simple d’utilisation et il prend peu de place. Vous avez également le pod qui est relativement compact. Plus tard, vous aurez des modèles plus complexes à envisager, comme la box ou encore le bottom feeder.