Les solutions de financement pour entreprise

157

Vous êtes à la recherche d’un financement pour démarrer votre entreprise ? Ou souhaitez-vous trouver des fonds pour développer d’autres activités pour votre structure en expansion ou maturité ?

Alors, sachez que plusieurs options sont possibles pour financer votre projet entrepreneurial. Des contributions personnelles aux investisseurs externes, aux prêts et au financement participatif, vous avez l’embarras du choix. Cet article fournit également une mise à jour sur ces différentes solutions de financement pour les entreprises . Mais encore, découvrez en bonus comment construire un dossier de financement concret. Dans tous les cas, pour votre demande de financement, envisagez d’impliquer un courtier spécialisé dans le financement professionnel. Vous avez certainement tout à gagner.

A lire également : Financer une entreprise sans apport

Financement de votre entreprise : des solutions réalisables

Que ce soit pour démarrer ou développer son activité, une entreprise a besoin de fonds. En effet, en termes de création, de reprise et de développement d’une entreprise, l’argent reste le nerf de la guerre. Heureusement, le financement solutions pour les entreprises sont légion. Détails immédiats.

Contribution personnelle

C’ est évident ! La contribution personnelle de l’entrepreneur est la principale source de financement pour le démarrage ou la prise en charge d’une entreprise. Point de départ de votre projet entrepreneurial, une contribution personnelle est également obligatoire. En fait, en tant que chef de projet, vous devez apporter un minimum de fonds pour démarrer votre entreprise. En principe, cette contribution de capital ou compte courant du partenaire doit représenter entre 20 % et 30 % de vos besoins financiers. Il permet effectivement de faire face aux premières dépenses de la structure (frais administratifs, honoraires de notaire…). De plus, ce fonds de démarrage reflète votre motivation, votre engagement et votre volonté. Il démontre également les efforts que vous êtes prêts à faire pour lancer votre entreprise. Assez pour convaincre et encourager les investisseurs potentiels et les établissements de crédit à vous donner un coup de pouce pour le développement de votre projet !

A découvrir également : Pourquoi mener des investigations sur ses partenaires financiers ?

Bref, l’apport personnel est la première solution de financement pour les entreprises. Mais c’est aussi un levier important pour obtenir de nouveaux financements.

Investisseurs externes

Bien sûr, l’apport personnel est insuffisant pour permettre à l’entreprise de fonctionner correctement. C’est pourquoi il devrait être complété par d’autres solutions de financement. Le recours à des investisseurs extérieurs revêt donc une importance primordiale. Aimez l’argent, Capital de risque, Business angels , les options ne manquent pas.

L’ argent d’amour

Comme son nom l’indique clairement, l’argent de l’amour est pour l’entrepreneur de lever des fonds de son entourage. Simple et efficace, cette alternative de financement vous permet de demander à votre famille, amis, voisins, collègues et connaissances d’investir dans votre projet.

L’ argent amoureux peut également prendre différentes formes : don, prêt d’argent et investissement en capital. En tout état de cause, afin d’éviter les désaccords futurs, il est important de mettre la engagements par écrit. Par conséquent, si les dons font rarement l’objet d’un contrat, il s’agit d’une nécessité pour le prêt et l’acquisition d’une participation en capital. D’une part, dans le cas d’un prêt d’argent, il est impératif de signer un accord de prêt. En revanche, en cas d’investissement en capital, la signature d’une convention d’actionnaires est en place. Sinon, il suffit d’officialiser cette opération dans les statuts de la société.

En outre, pour convaincre votre entourage, il suffit de se vanter des avantages fiscaux de cette approche pour les investisseurs privés, en particulier dans le cas des capitaux propres :

  • Impôt sur le revenu (IR) Réduction de 18 % du montant des paiements effectués par le contribuable jusqu’à concurrence de :
    • 50 000 euros pour une seule personne
    • 100 000€ pour un couple soumis à une fiscalité commune
  • Réduction de l’impôt solidaire sur le patrimoine (ISF) de 50% du montant investi jusqu’à la limite de 90 000 euros

Bien sûr, vous devez également présenter correctement votre projet à vos proches. Et cela, sans omettre de leur exposer les faiblesses du projet et les risques qu’ils encourent. Faire preuve d’honnêteté et de professionnalisme.

Capital de risque

Pour augmenter les fonds propres de votre entreprise, vous pouvez également utiliser du capital-risque. C’est un investissement en capital pour une entreprise innovante et un avenir prometteur. Cette solution de financement vise donc les structures en phase de démarrage. Toutefois, il permet également aux sociétés non cotées de bénéficier de fonds à un stade de développement où l’obtention de prêts bancaires est souvent difficile. De même, il concerne les start-ups à fort potentiel de croissance .

Comme nous l’avons mentionné précédemment, le capital-risque est un investissement en capital réalisé par des professionnels ou des investisseurs. À cette fin, ces derniers peuvent souscrire soit des actions ordinaires, soit des actions à dividendes prioritaires, soit des bons de souscription d’actions (ABSA). Sinon, rien ne les empêche d’accorder des avances sur compte courant partenaire. En tout cas, en plus des fonds pouvant atteindre plusieurs millions d’euros, ils mettent également à la disposition de la structure leur réseau et leur expertise. Quelle meilleure façon de promouvoir et d’assurer efficacement le développement de votre entreprise ! Par conséquent, si vous avez des besoins de financement importants, vous avez la possibilité idéale de communiquer avec l’un des capitaux de risque suivants :

    • Fonds commun de placement de

    • capital de risque (CRC)
    • Fonds commun

de

  • placement d’innovation (CIPC) Fonds d’investissement communautaire
  • (PCIM)

Notez que l’entrée en capital d’un investisseur est temporaire. Plus précisément, le capital-risque reste en moyenne entre 3 et 7 ans dans le capital de la société. Et pour une bonne raison, son objectif est de réaliser des gains en capital dans les plus brefs délais. En d’autres termes, elle prévoit une sortie de capital une fois que l’entreprise atteint un certain seuil de rentabilité point et est fermement enraciné dans son marché.

Business Angels

L’ ange d’affaires est une personne physique qui investit une partie de sa richesse dans une entreprise innovante. Ainsi, comme le capital-risque, il représente également une solution de financement pour des projets innovants à fort potentiel de croissance. Mais encore, il apporte des fonds à travers une contribution au capital de la structure. En outre, malgré une part minoritaire du capital (généralement inférieure à 20%), il participe activement à la vie de l’entreprise. Ceci, en partageant son réseau et en mettant son expérience et son savoir-faire au profit de la structure .

Néanmoins, en ce qui concerne le capital-risque, l’objectif de business angel est d’obtenir une valeur ajoutée dans un délai de 3 à 5 ans. En outre, il engage généralement une moyenne de 50 000 euros . Par conséquent, cette forme de financement est idéale si vous avez peu de besoins financiers.

Business Angels sont organisés le plus souvent dans un réseau. Combinés dans des sociétés d’investissement, ils opèrent tout au long de la vie d’une entreprise. En outre, plusieurs business angels peuvent se réunir pour financer un projet innovant Les qui nécessite moins d’un million d’euros.

Aides d’État et subventions

En effet, les pouvoirs publics (locaux, régionaux et nationaux) ainsi que les associations peuvent octroyer des subventions aux entreprises. Et ceci, afin de les aider à toutes les étapes de leur développement : création, expansion, difficulté… En outre, ces organismes publics et privés ne se limitent pas à octroyer des aides financières. Ils apportent également aux entrepreneurs un soutien spécifique adapté à leur projet et à leur situation.

Aides publiques

Créés par l’État, les autorités locales et la Banque publique d’investissement (BPI), les régimes d’aides publiques sont légion. Par exemple, les subventions octroyées par l’État comprennent NACRE (nouvelle aide au démarrage ou à la reprise d’une entreprise), ACRE (aide au le démarrage ou la prise en charge d’une entreprise), le CAP (contrat de soutien au projet d’entreprise), etc. En ce qui concerne les subventions accordées par les collectivités locales, elles diffèrent bien entendu selon les localités. Il peut s’agir de subventions à l’investissement ou d’exploitation. Dans certaines régions, des subventions pour le démarrage ou la prise en charge sont également offertes.

Quant aux solutions de financement pour les entreprises développées par BPI France , elles peuvent prendre plusieurs formes :

  • Prêt (crédit-bail, prêt sans garantie, prêt thématique…)
  • Participation au capital (fonds d’investissement généralistes ou thématiques, fonds SPI…)
  • Aide et assistance (aide au partenariat technologique, aide au développement de l’innovation…)
  • Garantie de financement (garantie innovation, création, transmission…)

BPI France propose également des programmes de soutien aux entreprises et aux créateurs. C’est le cas du French Tech Pass, de l’accélérateur PME et du Ubimobilité .

Dans tous les cas, il faut s’assurer que le de son choix répond à ses besoins réels. En fait, certaines aides publiques sont destinées à des entreprises et à des profils d’entreprise bien définis. De plus, il est important d’en apprendre davantage sur les modalités d’admissibilité. Autrement dit, vérifiez si vous êtes admissible ou non à l’aide publique.

Subventions d’organismes privés

En plus de l’aide publique, vous pouvez également compter sur des subventions d’associations, de fondations et d’autres organismes privés. C’est particulièrement le cas de :

  • ADIE (association pour le droit à l’initiative économique)
  • Le Réseau Entrepreneuriat
  • Le réseau associatif BGE
  • Réseau associatif France Active
  • L’association Initiative France

Il va sans dire que pour obtenir ces subventions privées, certains critères doivent être remplis. En outre, vous devez monter une application pour un béton subvention. En tout état de cause, ces organismes privés ne fournissent pas seulement une aide financière. Ils vous apportent également un soutien personnalisé (formation, conseil, etc.) et éventuellement un réseau de professionnels chevronnés.

Prêt d’honneur

Honor Loan est l’une des solutions de financement les plus populaires pour le démarrage et la reprise d’entreprise. Il s’agit d’un prêt à taux zéro accordé sans garantie ni garantie aux entrepreneurs. Ce crédit professionnel permet de renforcer la contribution personnelle de l’entrepreneur et de financer une partie du projet . En particulier, les besoins en fonds de roulement (BFR), les investissements initiaux et l’acquisition de matériel. Quant à son montant, il est généralement compris entre 2 000 et 50 000 euros. Toutefois, le prêt accordé à des projets innovants peut atteindre 90 000 euros.

Pour obtenir ce type de prêt professionnel, il suffit de contacter les organisations privées ou les réseaux qui les offrent. C’est le cas de Réseau Entrepreneuriat, Initiative France et ADIE . Mais vous avez également la possibilité de demander un prêt honoraire auprès de certains organismes publics tels que la Caisse des Dépôts et le Pôle Emploi. En outre, ces organismes publics et privés accordent des prêts honoraires dans tous les secteurs d’activité : agriculture, recherche et développement, écologie, réinsertion… Dans tous les cas, la demande d’un prêt d’honneur nécessite de la patience. En effet, l’examen d’un dossier de demande prend plusieurs mois (entre 3 et 6 mois).

Le prêt d’honneur est accordé au créateur ou à l’acheteur de la société et non à la structure. Il est donc de son devoir d’assurer le remboursement du crédit, indépendamment de la création de son projet d’entreprise.

Prêt bancaire

Le prêt bancaire est certainement l’une des solutions de financement pour les entreprises qui sont notées parmi les entrepreneurs. En effet, elle permet de financer les besoins d’une entreprise, quelle que soit la nature du projet : création, développement d’un activité, investissement… Mais, comme vous le savez probablement, obtenir un prêt bancaire n’est pas une petite entreprise. En fait, comme toute entreprise, les banques cherchent généralement à maximiser leur rentabilité et à minimiser les risques. En outre, pour mettre toutes les chances de son côté, il vaut la peine de ne pas négliger les points suivants :

  • Fournir des capitaux propres
  • Comparer les offres offertes par différentes institutions bancaires
  • Diversifier les sources de financement
  • Soumettre un dossier de demande de prêt solide qui doit démontrer la faisabilité et la cohérence du projet ainsi que la motivation de son propriétaire

Quoi qu’il en soit, si vos besoins financiers sont importants, il est recommandé de passer par un courtier financier professionnel .

Il convient de noter que l’entrepreneur, même si c’est compliqué, peut parfaitement obtenir un crédit professionnel sans fournir un dépôt personnel.

Affacturage

L’ affacturage ou l’affacturage est la solution idéale pour financer les ou des besoins de trésorerie à long terme. Plus précisément, il s’agit d’un transfert des créances commerciales de la société à un affactureur. Plus flexible que le rabais ou la loi Dailly, il s’adresse à toutes les structures, indépendamment de leur taille et de leur secteur d’activité.

Pour mettre en œuvre ce mécanisme de financement, un contrat d’affacturage doit être signé avec le facteur. Il existe donc plusieurs types de contrats en fonction des besoins de l’entreprise. Contrat d’affacturage notifié, équilibre, sans recours, confidentiel…, c’est selon les exigences de la structure.

Location ou crédit-bail

Souhaitez-vous financer votre investissement dans des matériaux ou des équipements ? Le crédit-bail ou le crédit-bail fera donc l’affaire. Dans la pratique, il s’agit d’un contrat de location à durée déterminée conclu entre une société (prêteur-locataire) et une institution financière (bailleur). Les avantages de cette forme de financement professionnel sont également nombreux :

  • Il promet une meilleure adaptation de l’outil de production et un avantage fiscal important
  • Il permet de financer intégralement les immobilisations
  • Le locataire n’a pas à fournir une garantie ou une garantie personnelle pour en bénéficier

Crowdfunding et crowdfunding

Le crowdfunding et le crowdfunding sont des alternatives intéressantes pour financer votre projet entrepreneurial. Toutefois, il convient de distinguer ces deux formes de crowdfunding.

Crowdfunding

Le crowdfunding est aujourd’hui une solution de financement populaire pour les entrepreneurs. Cela n’est pas surprenant puisqu’il permet de lever rapidement des fonds auprès du grand public tout en faisant connaître son projet. Il peut également prendre plusieurs formes :

  • Don (avec ou sans contrepartie)
  • Prêt (avec ou sans intérêt, en mini coupons)
  • Investissement (capitaux propres, obligations ou redevances)

Inutile de dire que pour lancer une campagne de crowdfunding, il suffit de soumettre votre projet sur une plateforme dédiée. Comme Kickstarter, Ulule, KissKissBankBank, Anaxago et Smart Angels.

Crowdlending

Crowdlending ou prêt participatif est une solution de financement qui permet aux entreprises d’obtenir un prêt professionnel sans passer par les établissements de crédit. Dans ce cas, nous parlons également de prêts entre entreprises (P2B). Adaptée aux PME, aux PME et aux ETI, cette forme de financement professionnel s’adresse également à tous les secteurs d’activité. Le secteur agricole, l’immobilier, les secteurs écologiques ou technologiques. D’autant plus qu’il permet de financer tous les besoins d’une entreprise (ou presque).

Bien sûr, pour faire un prêt participatif, il est important d’aller sur un site de crowdending. Il est donc nécessaire de s’inscrire, d’envoyer un dossier de financement et d’attendre la validation du projet par les experts de la plateforme. Les sites de prêt P2B incluent Credit.fr, Wesharebonds, Unilend et Lendopolis.

Comment construire un dossier de financement ?

Quelle que soit la solution de financement que vous choisirez pour votre entreprise, vous devez construire un dossier de financement solide. L’objectif est de convaincre les investisseurs, les établissements de crédit ou les organismes subventionnaires de la gravité et de la viabilité de votre projet. Ce fichier doit également mettre en évidence vos compétences pour le réaliser. Par conséquent, pour assurer le succès de votre demande de financement, elle doit inclure un certain nombre de documents et de documents à l’appui. C’est particulièrement le cas du plan d’affaires . Cette composante essentielle de votre dossier doit inclure, entre autres, le modèle d’affaires, les prévisions financières et les études de marché.

En plus de ces documents, d’autres documents justificatifs relatifs au propriétaire du projet et à la structure doivent également être inclus dans le dossier de financement :

  • Statuts
  • Extrait Kbis
  • Trois examens finaux et comptes de revenus (en cas de reprise d’entreprise) Copie d’
  • une pièce d’identité valide
  • de résidence de moins de 3 mois
  • Curriculum vitae Etc
  • .

Le la nature de certains documents justificatifs inhérents à l’entreprise dépend donc principalement du projet à mettre en œuvre. Dans tous les cas, il est fortement conseillé de ne rien laisser au hasard, pas même dans les moindres détails. Cela vaut pour accepter votre demande de financement professionnel.

La substance et la forme de son dossier de financement devraient être travaillées pour obtenir de meilleurs résultats.

Appeler un courtier financier professionnel : quel est l’intérêt ?

Comme mentionné ci-dessus, l’intervention d’un courtier financier professionnel peut être d’une grande aide pour obtenir des fonds substantiels. En tant que spécialiste du crédit, il vous sera plus facile de demander du financement. Et cela, quelle que soit la nature de votre projet (création, investissement…) et la solution de financement (subvention, prêt bancaire…). Il agit efficacement commeintermédiaire entre votre entreprise et les organismes de financement . Il n’y a rien de plus efficace et facile à trouver le financement qui s’adapte facilement et rapidement à vos besoins et attentes et à votre structure. Et pour de bonnes raisons, il a une parfaite connaissance du monde bancaire et financier. Par conséquent, si vous voulez diversifier vos sources de financement, utiliser ses services est un réflexe à adopter.

En outre, grâce à sa connaissance approfondie de plusieurs secteurs d’activité, le courtier vous conseillera sur le financement professionnel le plus approprié pour votre entreprise. En cas de demande de prêt bancaire, il peut également négocier les meilleurs taux avec l’établissement de crédit . De plus, il est de sa responsabilité de mettre en place votre dossier de financement. Tout ce que vous avez à faire est de lui fournir tous les documents et documents justificatifs qu’il vous demandera lorsque vous prendrez contact. De plus, il sera sûr de vous tenir informé de l’avancement de votre dossier. Quant à sa rémunération, tout dépendra des résultats de son approche. En cas de succès, vous n’avez qu’à lui verser une commission de 1% à 2% de la montant du financement obtenu.